«Une autre expérience du travail» : les entreprises envoient leurs salariés se mettre au vert

A mi-chemin entre le séminaire et l’espace de coworking, l’expérience proposée par la société Outwork au domaine d’Orgemont en Essonne, « oasis de verdure » à une heure de Paris, combine espaces de travail connectés, restauration et hébergement.


Cerny, mardi 12 avril 2022. Senkiz, Aurélia et Marine, qui travaillent toutes les trois pour la marque L'Oréal, ont passé plusieurs jours au domaine d'Orgemont. LP/Florian Garcia


Attablées sur la terrasse du domaine d’Orgemont à Cerny, 9 hectares de parc et de forêt à une cinquantaine de kilomètres au sud de Paris, Senkiz, Aurélia et Marine profitent en ce jour d’avril d’un soleil presque estival. Leur décontraction laisserait presque croire à un week-end en amies. Mais il n’en est rien. Employées du groupe L’Oréal, ces trois membres du service e-commerce, concentrées sur leurs écrans d’ordinateurs, sont en réalité en plein travail. Avec l’ensemble de l’équipe, elles ont testé, et validé, un nouveau concept de travail « au vert » dans un « oasis de verdure » habituellement dédié à l’hébergement touristique et aux réceptions.


« Il n’existe aujourd’hui que deux modes de travail, résume Aurélia. Soit nous sommes en télétravail et il nous manque l’aspect social, soit on va au bureau et c’est souvent le rush. Ce qui n’est pas simple pour se concentrer. » Pour deux jours et une nuit, les trois jeunes femmes ont donc quitté leurs logements respectifs afin de venir travailler à Cerny, plus précisément au domaine d’Orgemont qui a été entièrement repensé pour l’occasion par les créateurs de la société Outwork.


« Ici, c’est la solution hybride, décrypte Aurélia. On est avec son équipe et on profite d’un super cadre pour travailler. Je pense que c’est quelque chose à faire plusieurs fois dans l’année. » Derrière cette apparente décontraction, les trois jeunes femmes n’ont pas chômé. « Selon ce que nous avions à faire, nous avons pu travailler dans différents endroits du domaine, poursuit Aurélia. Là, nous sommes dehors pour profiter du soleil mais nous sommes aussi allés dans la grande salle pour profiter de l’écran ou encore dans la petite dépendance pour être au calme pour une réunion. »


« Seul en télétravail, on manque de liens sociaux »


À mi-chemin entre le séminaire et l'espace de coworking, ce concept a été créé par deux trentenaires privés de leurs collègues lors des différents confinements. « J’ai vécu les limites du télétravail, rappelle Pierre Tardy, cofondateur d’Outwork. Seul, on manque de liens sociaux. Et puis je me suis rendu compte aussi des contraintes techniques, comme la connexion wi-fi par exemple. »


Cerny, mardi 12 avril 2022. Pierre Tardy et Marion Roullet sont les cofondateurs d'Outwork, une société qui propose aux salariés de travailler dans le cadre exceptionnel du domaine d'Orgemont.


Jour après jour, l’idée de créer « une autre expérience du travail » germe dans la tête de Pierre. Rejoint dans l’aventure par Marion Roullet, ils vont peaufiner le projet à deux. « Notre premier test a été réalisé en Bourgogne, reprend Pierre. Nous étions trop loin de Paris et trop loin d’une gare. Nous avons donc revu notre copie. »


Avec le domaine d’Orgemont, qui met ses locaux à disposition la semaine mais qui les récupère pour les réceptions le week-end, Pierre et Marion ont trouvé le bon compromis. « On est à moins d’1h30 de Paris, à moins de 15 minutes d’une gare et nous disposons de 10 chambres, énumèrent-ils. Il y a également une bonne connexion Internet dans toutes les pièces avec la possibilité d’organiser des réunions avec écran. » Pour les couchages et la restauration, l’équipe d’Outwork s’occupe de tout avec la promesse de retrouver dans l’assiette des produits locaux, de saison et cuisinés « maison ».


***

Retrouvez tous les articles sur https://www.leparisien.fr.

22 vues0 commentaire