(Interview Le Hub Nomade) Des expériences de travail atypiques à moins d’une heure de Paris !



Le #FutureOfWork est une grande famille ! Depuis la pandémie, les expériences de coworking et de coliving se multiplient, prenant des formes aussi diverses et variées qu’il y a d’organisateurs. Souvent parties de séjours “entre potes” dans des maisons à la campagne, ces nouvelles formules se développent autour de la vision d’entrepreneurs engagés, convaincus de la force de la reconnexion à la nature, des rencontres, de l’équilibre pro/perso et de la communauté. Le Hub Nomade est parti à la rencontre de ces défricheurs d’un nouveau genre : on débute la série avec Pierre TARDY, fondateur de Outwork, des expériences atypiques à 1h de Paris.


Salut Pierre ! Toi aussi tu as pris, à 29 ans, le virage du « future of work » en créant Out Work. Peux-tu nous présenter un peu le concept ?


Hello le Hub Nomade !

Outwork, ce sont des tiers-lieux de coworking à la campagne et accessibles en moins de 2h en train depuis Paris. Des lieux équipés d’espaces de travail qui permettent à des salariés ou indépendants de venir y séjourner quelques jours (ou plus) pour travailler et se ressourcer dans un environnement naturel inspirant. Mais Outwork c’est aussi une expérience unique avec des activités sur place favorisant le développement personnel de chacun et permettant de vivre des moments de vie forts à travers des rencontres enrichissantes.


Et toi alors, d’où tu viens et qu’est-ce qui t’as poussé dans cette aventure ?


Après des études d’ingénieur, j’ai commencé mes premières expériences professionnelles en tant qu’ingénieur bâtiment (oui oui rien n’a voir). J’ai ensuite fait un master entrepreneur car j’avais toujours au fond de moi la volonté d’entreprendre un jour…Après 4 ans dans une start up parisienne, je me sentais prêt à me lancer dans le bain de l’entrepreneuriat.

Plusieurs raisons m’ont poussé vers l’aventure Outwork. Mais la principale, c’était de faire au quotidien ce qui me motive dans la vie : créer du lien social fort autour de moi et dans la vraie vie (pas sur le net). Ma journée est réussie quand je sens que mon énergie et les actions que j’ai mené ont eu un impact direct sur les personnes qui m’entourent. Donner le Smile aux gens, c’est mon plaisir quotidien. Ce n’est pas pour rien que mes copains m’appellent le GO Club Med de la bande (rire). Pendant la pandémie, en voyant le télétravail se généraliser et les envies de vert des métropolitains exploser, j’ai senti qu’il y avait une superbe opportunité de projet. Imaginez des lieux de télétravail en pleine campagne où il fait bon vivre et où je pourrais créer des interactions humaines impactantes pour les personnes sur place ? Ce projet était fait pour moi !



On peut dire qu’à l’heure actuelle, même avec les progrès du COVID, nous sommes encore des défricheurs des nouveaux modes de travail. Qu’y vois-tu de si révolutionnaire et à la fois de si essentiel ?

Récemment, j’ai eu un choc quand je suis allé visiter un bon copain dans un coworking géant américain, dont je tairais le nom. Il m’a avoué qu’en 6 mois sur place il n’avait jamais eu l’occasion d’engager une vraie conversation avec une autre personne sur place. J’ai été choqué et j’ai réalisé à quel point certains lieux de travail manquaient d’interactions sociales qui vont plus loin qu’un “boujour” ou “ça va ?” Les nouveaux modes de travail se doivent de tenir compte de l’importance des relations humaines avant toute chose, et cela ne passe pas nécessairement par la création de nouveaux outils SAAS ou de gestion de projet, mais par des initiatives où l’Humain est au cœur des réflexions.


Ton concept s’adresse plus particulièrement à des cibles « corporate », en cela j’entends des entreprises. Quels bénéfices penses-tu qu’une expérience du type Out Work puisse apporter à une équipe ?

Outwork est un concept parfait pour des équipes qui travaillent en distanciel et qui souhaitent se retrouver pour quelques jours d’ateliers. Ou encore toute personne (salarié, freelance, entrepreneur) ayant la possibilité de télétravailler ressentant le besoin de venir se ressourcer quelques jours loin de la ville. Outwork se différencie des séminaires, car les journées sont rythmées par du travail et sont complétées d’activités conviviales pendant les temps de pause.


Le mot d’ordre chez Out Work c’est « se ressourcer ». Cela laisse supposer que le monde du travail nous presse comme des citrons et qu’il faut y remédier : est-ce le cas de ton point de vue ?

La Société a fait beaucoup de progrès sur les conditions de travail proposées aux salariés, surtout dans le secteur tertiaire. Mais il reste encore (beaucoup) de chemin à parcourir et avec l’émergence du télétravail, les RH des entreprises font face à de nouveaux enjeux humains importants : la fatigue psychologique des télétravailleurs, le burnout, l’isolement, le besoin de contact humain, la quête de sens...

Il faut donc proposer des solutions aux entreprises pour favoriser la qualité de vie au travail de leurs salariés. L'expérience Outwork est pensée pour le développement personnel des participants avec un certain nombre d’activités et services proposés pour qu’ils se sentent bien sur place. On verra certainement au cours des prochaines années des initiatives qui vont également adresser ce besoin de bien être des salariés (ou freelance) d’une manière ou d’une autre.



Cette approche de « coliving » s’appuie sur la notion de communauté : à ton sens, quel va être son rôle dans les années à venir ?

Le sentiment d’appartenir à une communauté (non digitale) est quelque chose de très fort et apprécié de tous. La période pandémique, qui a été difficile à traverser pour beaucoup, nous a permis de réaliser ô combien nos interactions sociales sont importantes dans notre quotidien. Les communautés permettent de pouvoir parler quand on en a besoin, donner des conseils, en recevoir, participer à des moments de partage tous ensemble (regarder un film, aller faire du sport, cuisiner, voyager). C’est aussi un moyen d’être soutenu et ne jamais se sentir seul dans les moments délicats de la vie. Ces communautés vont occuper une place cruciale dans la société de demain en contribuant fortement à la création de liens sociaux forts, au partage de valeurs communes et la quête de sens de chacun.


Et un peu de prospective pour la fin : comment vois-tu évoluer les nouveaux modes de travail ?

On va probablement observer une tendance générale qui donne aux collaborateurs davantage de marge de manœuvre dans leur façon de travailler et de s’organiser. Avec un mode de fonction­nement flexible, adapté aux contraintes professionnelles et ­personnelles de chacun, car les premières analyses montrent que tout le monde peut y gagner !

On peut également imaginer que les entreprises financeront une partie des nouveaux modes de leurs collaborateurs (certaines le font déjà). Il y a d’ailleurs des projets de lois “titres télétravail” ou “chèque bureau” (l’équivalent des tickets restaurants ou chèque vacances) en discussion au niveau du parlement. D’ailleurs, l’ambition d’Outwork est de devenir le deuxième bureau au vert de chacun et s’inscrire dans le quotidien des salariés et des nouvelles politiques salariales d’entreprises, avec des crédits annuels accordés à chaque collaborateur. On est typiquement dans cette vision des modes de travail de demain !



***

Retrouvez toutes les interviews du Hub Nomade sur https://lehubnomade.fr/ et Margaux Roux sur https://www.linkedin.com/in/margauxroux/




23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout