Essonne. Télétravailler en pleine nature, c'est possible avec ce nouveau coworking


Depuis dimanche 6 mars 2022, "Outwork" a ouvert un premier coworking sur le domaine d'Orgemont, à Cerny (Essonne). Cet espace mêle à la fois travail et séjour à la campagne.

L’entreprise « Outwork » vient de créer son premier coworking ouvert en pleine nature sur le domaine d’Orgemont, à Cerny (Essonne) (©DR)



À Cerny (Essonne), sur le domaine d’Orgemont et son parc de 9 hectares, un nouveau style de coworking vient d’ouvrir ses portes lundi 7 mars 2022. Ouvert pour le télétravail entre collègues, ce nouvel espace accueille des entreprises comme des particuliers le temps d’un séjour en pleine nature, et ce, à proximité de Paris.


Le télétravail en confinement, un déclic


Ancien ingénieur en bâtiment et travaux publics, Pierre Tardy, âgé de 29 ans, est le fondateur de l’entreprise « Outwork » lancée en septembre 2021. Lorsqu’il part télétravailler chez un ami dans le Perche lors du premier confinement, le futur entrepreneur a un déclic.


« J’étais dans une belle propriété, avec la possibilité d’avoir un cadre naturel où me ressourcer à la fin de la journée de travail », se souvient Pierre.


Avec un master d’entreprenariat à HEC, ce dernier quitte son travail pour proposer une nouvelle expérience de télétravail. « J’en ai fait énormément dans mon ancienne entreprise, ce qui m’a permis d’en comprendre les avantages et les inconvénients », précise-t-il.


Pierre Tardy et Marion Roullet comptent bien ouvrir prochainement d’autres coworking de ce type en Île-de-France (©DR)


Le domaine d’Orgemont, un lieu facilement accessible et en pleine nature


Une fois son projet monté, Pierre décide de faire un premier test en octobre 2021. À travers un pilote de son coworking en Bourgogne, il expérimente son concept sur plusieurs dizaines de personnes afin de « voir les bons et les mauvais côtés ».


Dans son concept inédit de « travail au vert », ce fan de rugby identifie alors un point majeur : l’accessibilité depuis une grande métropole, tant en voiture qu’en transports en commun. « C’est l’élément le plus important et c’est ce qui manquait sur notre site en Bourgogne », observe Pierre.


Après avoir visité plusieurs départements et discuté avec les propriétaires des lieux, le créateur d' « Outwork » passe un partenariat avec le domaine d’Orgemont, un gîte en Essonne rénové en 2020 et qui accueillait déjà des particuliers comme des professionnels.


Situé à moins de 1 h de la capitale, le lieu « remplit toutes les cases » pour l’installation de ce nouveau coworking. « On exploite le domaine pendant la semaine et le gîte le récupère pour le week-end », précise l’entrepreneur.


Un nouveau type de coworking pour « offrir plus qu’une journée de travail »


Dans un cadre naturel unique, les visiteurs bénéficient de trois salles de réunion, d’une salle pouvant accueillir 50 personnes, mais aussi de 30 couchages et de plusieurs hectares boisés.


Avec la promesse d’un excellent wifi, essentielle pour le télétravail, l’objectif est d’attirer des groupes de plusieurs personnes afin de leur offrir « plus qu’une journée de travail ». Pour cela, des terrains de jeux, un spa et des activités sont proposés par les équipes d' »Outwork ».


« On veut créer un lieu de rencontre et de partage, avec du lien social, s’enthousiasme Pierre. À terme, on souhaite que ces séjours s’inscrivent dans leurs habitudes, un peu comme quand on va régulièrement à la salle de sport. »


À l’intérieur du coworking, plusieurs salles sont dédiées au travail en groupe et à distance, avant de profiter du domaine à la fin de la journée (©DR)



Après une avant-première organisée du lundi 7 au vendredi 11 mars 2022, ce nouvel espace de coworking semble déjà avoir la cote. Si son fondateur se dit « très satisfait de ce début », il ne s’attendait pas en revanche à un tel succès. « On est quasiment plein sur les prochaines semaines. Mais c’est un bon problème ! », indique-t-il en souriant.

Avec ce lancement réussi, Pierre et son équipe envisagent désormais de trouver d’autres lieux en Île-de-France. Mais toujours avec un maître-mot : « être accessible à moins de 1 h 30 maximum de Paris, c’est la chose la plus importante », conclut-il.


***

Retrouvez tous les articles sur https://actu.fr et Thomas Berthelot sur https://www.linkedin.com/in/thomas-berthelot-580319183/

4 vues0 commentaire